Cher Journal,

si tu veux, un jour, fais des enfants. Parce que comme ça, le soir quand c'est le temps de les coucher, tu peux te mettre dans leur lit et avec leurs très grands yeux et leurs joues parfaites, ils t'expliquent ce qu'aujourd'hui ils ont appris en philo. Oui, j'ai fait le saut comme toi quand j'ai su 6 mois après la rentrée que ma fille de 7 ans a des cours de philosophie à l'école primaire.

J'en étais presque émue. C'était ma matière préférée à l'école. Mais bon, j'ai commencé à en faire bien plus tard! Je sais pas ce qui a pris à l'école publique, c'est comme si les profs étaient motivés et aimaient leurs classes et avaient des bonnes idées! (Pelletez-leur du cash, pour vrai) J'adore notre petite école de quartier. Un de mes microcosmes favoris.

C'est émouvant d'imaginer les enfants faire de la philo, parce qu'ils sont tellement bons à réfléchir. Avec leurs petites têtes toutes neuves et leur million de questions naturelles. J'écoutais ma fille me parler du livre le Petit prince que le professeur de philo était venu lire dans sa classe avec son toutou Socrate (smart) et je voulais me perdre dans ses yeux. Parce qu'il se passe tellement de choses moches ces temps-ci, mais le Petit Prince, il a été écrit exactement pour ça. Pour que ce monde conserve ses grands yeux d'enfants.

J'en chialerais. En plus elle a tout retenu, une fois couchée elle s'est relevée pour me montrer un dessin de petits ronds en rangées et elle m'a demandé si je savais ce que c'était. Alors, j'ai répondu... Un panier? (Ça avait rapidement cette forme-là) et elle m'a expliqué son image, que ça représentait des émotions petites, grandes, heureuses, malheureuses. Et elle a fini par: C'est vrai qu'il faut tout leur expliquer aux grandes personnes.

Hahahaha! Cassée! J'accepte de me faire boucher si c'est de la part de Saint-Exupéry. Et de ma seule et unique petite fille.