Dans les Borders, au Sud de l'Ecosse, région limitrophe de l'Angleterre, la route A68 vous fait traverser nombre de villages plus charmants les uns que les autres dont Jedburgh, à environ 1h30 d'Edimbourg, sur la rivière Jed Water. Capitale du comté de Roxburgh à l'époque, Jedburgh a toujours fait l'objet de convoitise autant côté Anglais qu'Ecossais.

Mary Stuart, 23 ans, Reine des Ecossais, y a passé environ un mois en Octobre 1566, hébergée dans une maison devenue depuis un musée qui lui est dédié (photo ci-dessous). Parmi ses fonctions de Monarque, Mary devait présider à la cour et rendre la justice localement, les Borders étant une région sans foi ni loi à l'époque. Il fallait que Mary montre qu'elle avait le contrôle sur toutes les régions de son royaume. Ce séjour à Jedburgh marquera un véritable tournant dans la vie de la jeune Reine.

En réalité, elle a passé plus de temps alitée car elle est tombée très malade. On dit qu'elle a faillit perdre la vie suite à une longue chevauchée de presque 100km dans la journée, dans le froid et la pluie, qu'elle avait entrepris pour rejoindre James Hepburn, Comte de Bothwell (et futur 3è époux) au château de l'Hermitage.

Bothwell était "Lord Lieutenant", une sorte de Shérif des Borders et à ce titre Mary l'avait envoyé en éclaireur pour préparer son arrivée. Mais Bothwell a été si sévèrement blessé lors d'une échauffourée avec un meurtrier et voleur renommé, qu'on l'a cru mort. Quand Mary a entendu la nouvelle, elle a voulu se rendre au chevet de Bothwell mais pas avant d'avoir conclu les affaires du jour !

Mary n'est restée que 2 heures avec Bothwell au château de l'Hermitage, après une longue chevauchée de 50 km. Soit parce que le château ne pouvait accueillir l'ensemble de la cour royale, soit parce qu'il se situait bien trop près de la frontière qui ne cessait d'être attaquée par les Anglais. Le fait est que Mary a fait l'aller-retour dans la journée, à cheval, ce qui est possible mais exténuant, même pour le meilleur des cavaliers !

Dans les jours qui ont suivi son retour à Jedburgh, Mary a été anéantie par une terrible fièvre et des vomissements, sa santé était déjà fragile après une année extrêmement éprouvante pour elle. Elle semble être tombée dans le comas, son corps devenu si froid qu'on l'a crue morte. Les médecins d'aujourd'hui pensent aux symptômes d'un accident cardio-vasculaire. On avait même ordonné de porter le deuil et de procéder aux préparatifs funéraires. Après plusieurs jours, elle aurait repris lentement conscience, probablement grâce à l'intervention de son physicien personnel, Master Nau, qui l'a massée énergiquement de la tête aux pieds pendant plus de 3 heures, a versé du vin dans sa gorge, elle a ensuite vomit du sang et s'est peu à peu sentie mieux. Ce médecin est un héro qui tient du génie vu les moyens de l'époque ! Grâce à Master Nau Mary a miraculeusement survécu à la terrible maladie. Ulcère gastrique ou porphyrie, on débat toujours sur la question.

La pauvre Mary ne savait pas encore que l'année 1567 allait être infiniment plus traumatique que 1566 : elle va perdre sa couronne, être emprisonnée à Loch Leven, perdre des jumeaux, batailler une dernière fois contre les Lords avant de devoir fuir et chercher refuge en Angleterre, aux "bons soins" de sa cousine Elizabeth I, pour y rester prisonnière le restant de sa vie.

Plus de 20 ans plus tard, le jour de son exécution en 1587, Mary aurait regretté de ne pas avoir trouvé la mort à Jedburgh, sa vie n'ayant été qu'un enfer à partir de là.

Jedburgh est aussi connu pour sa superbe Abbaye augustinienne fondée au XIIè siècle (sur la photo) et son château détruit en 1409 et converti en prison au XIXè, un lieu d'enquêtes paranormales favori des experts en la matière 👻

N'oubliez pas, si vous voyagez sur la A68, prévoyez un arrêt à Jedburgh et profitez de ses bienfaits. Enjoy ! 😊