SAMHAIN est un festival qui célèbre les mystères de la vie, de la mort et de la renaissance qui sont au cœur de la tradition spirituelle celtique.

La couleur des feuilles change, elles tombent des arbres, le temps se rafraîchit, nous entrons dans cette période entre la fin d'une année et le début de la suivante. L’année des Celtes était divisée en deux : la moitié lumineuse et la moitié sombre. C'est la saison qui nous invite à embrasser les ténèbres pour qu'une vie nouvelle et plus abondante jaillisse à la fin des ténèbres hivernales.

C'était une époque incertaine et effrayante. Les réserves de nourriture peuvent parfois être insuffisantes en hiver. Les troupeaux étaient réduits pour ne conserver que l’essentiel pour la reproduction. La viande est alors consommée lors de grands festins et préservée pour l’hiver. Les dernières récoltes sont rentrées à l’abri, bien protégées des éléments. On n'a pas oublié de laisser quelques graines dans les champs comme offrandes au peuple des fées.

Samhain est un moment de profonde réflexion, d'introspection, d'action de grâce, de calme. C'est le moment de rendre grâce pour les bénédictions reçues (thanks giving) alors que l'année tire à sa fin et que la terre se prépare pour son sommeil hivernal.

Les origines d'Halloween remontent à cette ancienne célébration celtique Samhain (se prononce ‘Sa-wain’ ou ‘So-wain’). Les Celtes, qui vivaient il y a 2000 ans en Irlande, au Royaume-Uni et dans le nord de la France, fêtaient leur nouvel an le 1er novembre.

Pour les Celtes, la mort était la suite de la vie, partie d’un tout, quand on mourrait, on allait au pays des morts avec les fées et toutes sortes d’êtres fantastiques. Ce monde parallèle au monde des vivants est souterrain, on trouve des passages sous les collines, sous des roches, dans des caves ou grottes et même dans les cercles des fées. Mais le temps ne passe pas aussi vite, si vous vous retrouviez quelques jours dans le royaume des morts, à votre retour des générations seront passées !

Pendant ce festival, le voile entre ce monde et l'autre monde est au plus fin, ce qui permet aux défunts de passer dans le royaume des vivants et vice-versa. Il est donc de coutume de se souvenir des membres de la famille et des amis qui ont fait ce voyage sur terre avant nous. C’est une période de l'année souvent associée à la mort humaine.

Pour ceux qui craignent le noir, les courtes journées d'hiver sont pleines d'inquiétudes. Dans la nuit du 31 octobre, on croyait que les fantômes des morts revenaient sur terre pour rendre visite à leur famille et amis, d’autres pour régler leurs comptes, se venger ou juste pour le plaisir de terrifier les vivants ! Personne ne savait quel esprit leur rendrait visite cette nuit-là…

Pour éviter d'être reconnus par les esprits, les gens portaient des masques terrifiants lorsqu'ils quittaient leur maison après la tombée de la nuit afin que les fantômes les prennent pour des esprits semblables et les laissent en paix. En Ecosse on appelle cela « guising » pour se déguiser. On creusait une lanterne au visage effrayant dans un gros navet (turnip ou tumshee en Ecosse où peu de citrouilles poussaient), on plaçait une bougie à l’intérieur qui permettait d’éclairer le chemin et le visage horrible repoussait les esprits malins. La Jack O’Lantern était née, le mythe ne tarderait pas à suivre (voir mon histoire du 5 Octobre 2021).

Pour les ancêtres et esprits bienvenus, on préparait un festin et on mettait un couvert supplémentaire à table (le dumb supper), on servait généreusement le convive invisible, certains évitaient même de regarder cette place vide à table, et comme personne ne mangeait cette assiette, on la laissait sur le pas de la porte pour apaiser les mauvais esprits qui passeraient ainsi leur route sans embêter les habitant de la maison.

Puis on allumait des bougies pour aider les êtres chers à retrouver leur chemin vers le monde des esprits. Pour se protéger des esprits malins, on pouvait accrocher autours de la maison des croix de branches de chêne ou de sorbier, liées par un fil rouge.

On peut aussi voir dans l’avenir et communiquer avec le passé. On trouve des pommes et des noisettes à profusion à cette époque de l'année, souvent utilisées dans ces coutumes. Une longue pelure de pomme jetée par dessus l’épaule permettait de lire l’initiale du futur époux. Plusieurs soupirants ? Il suffit de nommer une noisette du nom de chacun, de jeter toutes les noisettes au feu, la première qui éclate sera le futur époux. En regardant dans la flamme d’une bougie qui se reflète dans un miroir, on peut voir apparaître le visage du futur marié ! On connait tous le fameux jeu d'attraper une pomme qui flotte dans l'eau avec la bouche. Ca portait bonheur ou malheur selon si on y arrivait ou pas.

Les traditions d'Halloween d'aujourd'hui sont fortement influencées par ces coutumes et superstitions païennes. On se déguise toujours, pour le fun plus que pour passer incognito parmi les esprits. On donne des friandises, à la place de l’assiette de l’ancêtre, à ces enfants qui incarnent les mauvais esprits d’antan dans leur habit de Superman ou de sorcière. On creuse des citrouilles au lieu des navets, c’est plus gros et tellement plus facile !

Au IXè siècle, l'influence du christianisme s'est étendue sur les terres celtiques, où il s'est progressivement mêlé aux anciens rites celtiques et les a supplantés.

En 1000 après JC, l'église fait du 2 novembre la fête des morts, une journée pour honorer nos défunts. Il est largement admis aujourd'hui que l'église tentait de remplacer la fête celtique des morts par une fête connexe mais sanctionnée par l'église. La fête des morts était célébrée de la même manière que Samhain, avec de grands feux de joie, des défilés et des gens déguisés en saints, anges et démons.

La célébration de la Toussaint s'appelait « All-hallows » ou « All-hallowmas » (du moyen anglais « Alholowmesse » qui signifie Toussaint). La nuit précédente, la nuit traditionnelle de Samhain dans la religion celtique, a commencé à s'appeler All-Hallows Eve (veille de la Toussaint) puis Halloween.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l'Amérique du Nord a vu arriver des flux de nouveaux immigrants. Des Ecossais, dont les milliers de Highlanders privés de leurs terres après leur évacuation forcée, les millions d'Irlandais fuyant la famine de la pomme de terre en Irlande en 1846. Tous ont amené avec eux leurs coutumes et traditions ancestrales, les ont adapté et ont ainsi contribué à populariser la célébration d'Halloween telle qu’on la connaît aujourd’hui.

En espérant que cet article vous ai plu (un clic sur le 💜 en bas de page serait top), je vous souhaite à tous, un très Joyeux Samhain/Halloween ! 👻🎃