note du 5 Janvier 2022 : Cet article fut publier initialement en octobre 2021 sur un site aujourd'hui inaccessible.

Si coquilles il reste, mea culpa par avance et n’hésitez pas à me le faire remarquer, je corrigerai dès que possible !

⚠ Attention ⚠ : Les notes de bas de page par défaut s'ouvrent dans une nouvelle page, il faudra se contenter d'une lecture manuelle pour le moment !

L’imagination

montagne

On dit souvent qu’une image vaut mille mots mais… Qu’est-ce qu’une image, finalement ?

Une image est une machination, quelque chose qui n’existe que dans l’âme de l’individu, c’est pourquoi on nomme imagination la faculté de dessiner (verbe qui désigne le design, la machination donc…) sur le seul support dit mental, mot lié à la montagne, le ventre de la terre qui gonfle comme le luminaire que les anglais nomment moon[1], ce qui rappel doublement l’origine de cette faculté des gens dont on dit encore de nos jours qu’ils vivent dans la lune…

langue, langage et linguistique

Cette démonstration linguistique est l’héritage de la Pentecôte, évènement biblique succédant à la résurection de Jésus-Christ, racontant comment l’esprit-saint serait descendu jusqu’aux apôtres sous la forme de langues de feu ou paroles folles, celles de ceux qui, comme la pointe de la flamme que l’on retrouve dans le glyphe attribué au feu (🜂), sont au sommet pour voir le monde d’en O[2], càd en totalité.

C’est la béatitude promise ou la contemplation de la vision divine que l’on dit être réservée aux saints, aux bienheureux, ceux qui auraient rejoint parmis ceux que les antiques appellaient les dieux et que nous nommons encore étoiles…

babel

Cet évènement répond à un autre évènement biblique, celui où Yahweh fit l’inverse en venant confondre les hommes qui ont alors cessés d’ériger la tour Babel, ne pouvant plus s’entendre

Mystère de la religion

Ainsi depuis cette époque la religion reste un mystère, et par définition obscure, muet[3], insaisissable

Je vous propose une immersion dans la culture de la langue à l’origine des langues, encore accessible grâce à l’un de ses lointains héritiers : le Français, cette langue vulgaire issue des voyageurs, commerçants et marins (pêcheurs sans doutes…) dont l’usage et l’orthographe fut standardisé sous… François 1er[4] !

Le Français

Cette langue, que je qualifierai d’organique, fut façonnée dans le temps par ceux qu’on a nommé oiseaux, dieux, initiés, saints, mais aussi serpents, vipères, sorciers etc. des individus insaisissables et mystérieux.

Elle était et reste encore aujourd’hui une langue de diplomates, taillée pour faire de l’esprit (le saint-esprit est traditionnellement représenté par une colombe[5], un oiseau donc…)

oiseaux

Et puisqu’on en parle : oiseau -> wise (sage en anglais) ou plus anciennement wys (chant) qui donne wizard, le sorcier ou plus précisément… l’enchanteur, comme l’emblématique Merlin de notre folklore occidental, qui se changeait en corbeau ou courbe, sans angle, confus, insaisissable, nocturne, sinistre, comme senestre, la main gauche des magiciens[6]

Amicalement,

Ram.


  1. Palindrôme phonétique menant au vieux grec γνώμων (gnomon) -> l’indice ou qui permet l’orientation

  2. Dont le glyphe (🜄) est à l’inverse pointe en bas

  3. muet -> mythe (μῦθος en grec) -> mute en anglais

  4. Qu’on écrit aujourd’hui Français…

  5. contraction de colombage (colombus en latin, comme un certain navigateur…) qui, comme dans les maisons alsaciennes, sert de soutient ou colonne, on parle encore d’élément de charpente

  6. Magie et image… le magicien est donc le machinateur, aux sombres desseins, ce dont on a fait méchant